Brain me | Faire du chocolat avec de la merde !
Je suis Laurent, je vis du design graphique depuis 2007, je partage ici ma passion et mon expérience d'entrepreneur, graphiste, directeur artistique.
Conseils graphisme, Conseils direction artistique, conseils graphiste freelance, création de logo, création d'identité visuelle, devenir freelance, devenir graphiste freelance
15271
post-template-default,single,single-post,postid-15271,single-format-video,woocommerce-no-js,ajax_fade,page_not_loaded,,qode-title-hidden,qode_grid_1300,qode-content-sidebar-responsive,columns-4,qode-theme-ver-10.1.1,wpb-js-composer js-comp-ver-5.0.1,vc_responsive

Faire du chocolat avec de la merde !

En tant que designer, on a toujours des clients qui nous donnent des fichiers très peu exploitables, cependant, il faut faire avec et toujours avoir la capacité de prouver qu’on peut faire bien avec peu… Dans cette vidéo j’explique malgré tout comment s’en sortir avec peu…

Faire du chocolat avec de la merde.
Ca peut paraitre un peu bizarre cette formulation là, mais, en fait, je vais t’expliquer ça.

Ca vient d’une histoire qui m’est propre.

Quand j’étais plus… jeune… il y a quelques années, j’étais en agence de communication et ma patronne me disait souvent “Tu sais, il faut toujours qu’on ai la capacité à faire du chocolat avec de la merde.”

Alors, je m’explique.
Tout simplement, quand on recevait des fichiers clients et qu’on recevait des éléments qui permettaient de monter nos compositions graphiques on recevait souvent des fichiers pourris, on recevait souvent des photographies qui n’étaient pas de bonne qualité, on recevait souvent des éléments qui étaient incomplets.

Et elle forçait souvent sur le fait de pouvoir se prouver et d’avoir la capacité de faire, justement, de belles choses avec peu de choses de qualité.

Alors, si t’es designer graphique et que tu commences, tu vas te rendre compte très vite, qu’en effet, tes clients ne vont pas forcement pouvoir te fournir toujours des éléments de qualité. Tu vas te rendre compte que tu vas avoir à revenir vers ton client, à aller chercher des éléments et ça c’est jamais simple et c’est toujours fastidieux.

Maintenant, il faut te poser la question de savoir tes meilleures créations tu les as faites quand ?

Quand est ce que c’était ?

Quand est ce que tu as pris le plus de plaisir à faire ces créations là ?

Quand je commence une création, je suis toujours à la recherche de nouveaux éléments, je suis toujours à la recherche de nouvelles images, de nouveaux éléments complémentaires, de nouveaux textes.
Je vais sur Pinterest, je vais sur Behance, je vais faire ma pige personnelle pour arriver à retranscrire un maximum d’éléments.

Donc, si tu veux, on est toujours obligés d’aller chercher plus.

On ne peut pas faire uniquement avec ce que ton client te donne.

Donc, forcément, il faut malgré tout pouvoir avoir la capacité à faire avec ce qu’on te donne et aussi avoir la capacité à aller chercher d’autres éléments ailleurs.

Tu sais, il y a des recherches qui ont été faites sur le fait que la créativité était intéressante à partir du moment où on était quelque part un petit peu guidés.

On est pas forcément plus créatif quand on a carte blanche.

Le client qui te dit “vous avez carte blanche sur mon logo”, moi, je sais qu’à chaque fois qu’on m’a dit ça, j’avais une espèce de panique incroyable tout simplement parce que je savais pas par quoi commencer.

Et quand tu sais pas par quoi commencer, le fait, justement, de ne pas avoir de barrières, c’est extrêmement contraignant.

Alors, quand tu as des barrières, c’est emmerdant quand tu es entré dans ton processus de création parce que du coup, tu peux pas aller dans un sens, tu es bloqué par le fait, je sais pas, de garder une typographie parce que c’est charté…

Tout ça te bloque et te restreint énormément dans ta capacité à créer.

Mais au départ, le plus dur c’est de commencer.

On sait très bien qu’à chaque fois le plus dur c’est d’enclencher quelque chose et quand on commence on est obligé, quelque part, d’avoir quelques barrières, on est obligé d’avoir des éléments qui permettent de guider ta création.

Et ces éléments là, il faut que toi, tu ailles les chercher. Il faut que toi, tu ailles tirer les vers du nez à ton client pour pouvoir ressortir ces éléments là.

Je sais pas si tu es comme moi, moi, j’aime beaucoup avoir des éléments qui me permettent de cadrer ma création.

Non pas que je sois bloqué en créativité sinon, mais c’est ce qui me permet justement d’aller plus loin et de rentrer en profondeur dans la capacité à créer des éléments professionnels pour mon client.

Je te conseille de créer des fiches-questionnaires que tu puisses te créer une sorte de bibliothèque d’informations, dans laquelle tu vas aller puiser à chaque fois dans ton processus de création.

Pour n’importe quelle prestation, ça peut être pour le logo, pour la plaquette, pour la création d’un site internet.

Ca te permettra un vrai brief, et d’avoir une vraie bibliothèque d’informations qui va te permettre d’aller chercher les éléments dedans quand tu seras perdu pendant ton processus créatif.

N’hésite pas à me laisser des commentaires, et à me dire si, toi, tu as besoin d’être cadré dans ton processus de création, ou si, tout simplement, le fait de ne rien te donner ça te permet d’être beaucoup plus créatif.

Je t’attends là dessus, n’hésite pas à me dire ce que tu en penses.

Et surtout, pense design !

 

Si tu cherches à progresser en design graphique, clique ici pour rejoindre mes contacts privés.

 

No Comments

Post A Comment